• Philippe Moreau

Trans-Australie 2018 J 43

Mis à jour : 29 oct. 2018

Etape 43 – 30km avant Fremantle - Fremantle // 31,80km - 5h58'

Début de cette 43ème et dernière étape. Pour l’occasion, nous sommes enfin passés sur le fuseau horaire du Western Australia, nous octroyant ainsi deux heures et demi de sommeil supplémentaires. Quelques minutes de voiture et nous revoilà au rond-point où tout s’était terminé hier. Philippe active sa montre et c’est parti pour les trente derniers kilomètres !


Comme tous ces villes « modernes » construites à l’américaine, la banlieue de Perth ne déroge pas à la règle. Ici les trottoirs sont optionnels, et parfois il faut savoir marcher sur les bas-côtés. Mais Philippe s’en fiche car l’arrivée est tellement proche… Néanmoins, à mesure que l’on pénètre dans la ville les installations pour piétons se multiplient. Premier ravitaillement et l’on envoie notre coureur sur une piste cyclable. On se positionne à mi-chemin par une rue annexe, et c’est déjà l’heure du deuxième ravitaillement. L’émotion commence à gagner notre coureur, qui nous explique se remémorer façon « kaléidoscope » tous les bons souvenirs de cette traversée.


Dernier point « infos & anecdotes » de cette course, avec Perth. Capitale du Western Australia et quatrième ville la plus peuplée du pays avec quelques 2 millions d’habitants. Côté climat, une funny fact pour la route : la température la plus basse jamais enregistrée à Perth est de -0,7°C ! C’était en juin 2006 et c’est d’ailleurs la seule température négative à avoir jamais été enregistrée ici. Niveau transport tout le réseau de bus du centre-ville est gratuit. Perth est aussi une ville qui économiquement a le vent en poupe. Grâce à de nombreuses ressources minières situées dans les alentours, et qui sont exploitées avec des technologies très avancées, mais aussi grâce au fait qu’elle est située sur le même fuseau horaire que les grandes puissances asiatiques. Cette proximité géographique et temporelle lui confère un avantage certain.


Nous coupons droit à travers la ville. Tout va très vite. Un peu comme Sydney, ici la civilisation s’est installée sur un paysage très vallonné. Les rues sont longues et jouent souvent aux montagnes russes. Philippe enchaîne le dénivelé, et à un moment donné, à l’angle entre la South et la Edmund Street, finit par apercevoir l’océan au loin. Les poils du torse s’hérissent, les oreilles frétillent. Puis le port de Fremantle. L’odeur des algues et de l’iode vient nous chatouiller les narines. On y est presque. Tout continue d’aller très vite. On indique à Philippe une seconde piste cyclable afin qu’il profite au maximum de ses derniers kilomètres. Le temps est impeccable, une bonne vingtaine de degrés, le soleil brille et l’air est frais. Philippe remonte le port, contourne quelques bâtiments, puis se trouve face à la fameuse jetée. Déploiement des ailes, atterrissage. Sa femme, sa fille et son fils sont là. L’émotion aussi. 3763,3 kilomètres parcourus en 42 jours, 8 heures et 30 minutes. On espère que vous avez apprécié le voyage, nous oui.


FIN




0 vue