• Philippe Moreau

Trans-Australia 2018 J 15

Mis à jour : 18 oct. 2018

Etape 15 – Orrorroo – Port Augusta // 99,8km – 15h48’

« Ne comptez pas les jours. Faites que les jours comptent. » C’est une citation de Mohammed Ali, et ce sera la première pensée philosophique du jour. C’est David qui nous la délivre lors du petit déjeuner. Et on apprécie. Même si le réveil est difficile.

Nous remontons la piste d’hier jusqu’au point de départ, entourés de nombreux kangourous toujours autant tentés par l’envie de se jeter sous nos roues. Ils courent à vive allure aux côtés et au-devant de la voiture, et certains vont même jusqu’à se prendre les pieds dans le tapis. Il n’y a donc pas que Philippe qui se casse la figure ici ! L’un se ramasse complètement, se relève le plus vite possible en raclant le sol pour venir s’allonger devant la voiture. Obligé de freiner sec. Ces animaux sont complètement malades... Autant je me disais que passer le permis de conduire ici devait être un jeu d’enfant, étant donné que pratiquement tous les véhicules sont en automatique, autant j’espère qu’ils ne font pas passer l’examen en pleine cambrousse à 4h du matin. Parce que sinon c’est rock n’roll.



On arrive au point de départ à 4h05. Cinq minutes de retard, ce qui fera cinq coups de fouets pour David et moi une fois l’état terminée. Fichtre. Début de course frigorifique ce matin. 1 degré au compteur… brrr. Philippe est emmitouflé dans d’épaisses couches de vêtements façon « bonhomme Michelin ». Il filme une de ses « minute booster » dès les premiers mètres. Je ne comprends même pas comment c’est possible de booster quoi que ce soit avec ce froid de canard.



Dès le 10ème kilomètre nous traversons Orroroo, notre ville hôte d’hier. L’attraction locale est le Red Gum Tree, un arbre géant vieux de plus de 500 ans, et donc le tronc mesure plus de 10 mètres de diamètre ! Impressionnant. Imaginez tout ce que ce mastodonte à bien pu voir durant ces centaines d’années… Notre route continue alors au milieu de contrées bien plus verdoyantes que ces derniers jours. Les South Flinders Ranges, de toutes petites montagnes (ou plutôt de bonnes grosses collines rocailleuses) aux couleurs pastel, nous attendent au loin. Superbe. De nombreux champs de blé encore jeune bordent les routes, et il a l’air de faire très très bon vivre ici. Peut-être que c’est l’arrivée de l’iode dans l’air qui ne nous laisse pas insensible, nous les normands…



Le soleil se lève et adoucit aussitôt la température. Pas trop de vent aujourd’hui, alors les mouches sont de sortie. C’est soit l’un, soit l’autre. Et personnellement je préfère mille fois avoir le vent en pleine face. Mais je ne suis pas sûr que Philippe soit du même avis… Côté nature, il est impressionnant de voir à quel point tous les cours d’eau croisés depuis Menindee sont asséchés. Ce qui ne fait qu’illustrer l’histoire de la rivière Darling dont je vous parlais il y a quelques jours.



Philippe a les tendons en feu aujourd’hui. A chaque nouvelle étape ses nouveaux bobos. Notre coureur a depuis hier égalé, puis dépassé sa plus grande distance parcourue sans un jour de repos. Et comme il aime à le dire, il a maintenant quitté sa zone de confort, celle qu’il connaissait car il avait déjà réalisé de tels efforts auparavant. Maintenant il est temps pour lui de rentrer dans sa zone d’inconnu. Celle où il ne s’est jamais aventuré et jusqu’où il n’a jamais poussé son corps. Tout est donc possible et aucune blessure n’est à écarter.



Nous traversons les South Flinders Ranges sur l’heure du midi. Une fois au « sommet », nous pouvons alors contempler la péninsule de Port Augusta, où un bras de mer vient s’y engager. Le 4x4 coupe alors par une petite piste, tandis que le camping-car, voué à ne prendre que les routes d’asphalte, s’en va faire le plein de courses à Port Augusta. Cette ville de 15 000 habitants est la jonction où vous devez obligatoirement passer si vous voulez traverser l’Australie d’est en ouest. Ou inversement. Pas forcément très glamour, cet endroit à le mérite d’offrir bon nombre de commodités et de supermarchés, avant de se lancer dans des contrées plus désertes. Alors on en profite.



Premier bâtiment qui nous attend à l’entrée de la ville : la prison. Comme nous n’avons rien à nous reprocher nous passons notre chemin. Il faut savoir que l’Australie Méridionale est le seul état à ne pas avoir commencé son existence en accueillant des bagnards. Non, ici l’idée de base était de développer un état dont l’économie serait basée sur un équilibre entre agriculteurs, artisans et financiers, le tout dans une province de liberté et de tolérance religieuse. Pas mal, non ? L’Australie Méridionale a d’ailleurs souvent été précurseur en termes de politique : en 1894 elle est le deuxième endroit au monde où les femmes obtiennent le droit de vote, et en 1974 un indigène y est nommé gouverneur. Une première au niveau national. Quelque chose me dire que l’état d’esprit dans cet état à l’air plutôt cool…



Philippe termine son étape en ayant rempli sa mission : aucune chute aujourd’hui, et un compteur pratiquement au nombre de kilomètres demandé. Allez, on ne lui en tiendra pas rigueur. Demain et après demain c’est camping, alors on va vite aller se coucher et profiter d’un bon matelas et d’une bonne couette. A demain.






Total de kilomètres parcourus : 1437,6 km

159 vues1 commentaire