• Philippe Moreau

Trans-Australia 2018 J 12

Mis à jour : 18 oct. 2018

Etape 12 – 7km avant Broken Hill – Mingary // 101,2km - 15h23'

101 kilomètres. Le verdict est tombé. Voici la moyenne que va devoir tenir Philippe pendant les 27 jours de course restants. Et l’on doit vous avouer que tout le monde est soulagé. Car hier encore, alors que nous avions fait nos calculs entre suiveurs, nous étions persuadés qu’il lui faudrait accomplir une moyenne de 104 kilomètres par jour. Ce qui paraissait très, voir trop conséquent au vu de ses onze premiers jours de course. Mais lorsque nous l’avons annoncé à Philippe, celui-ci nous a repris comme des bleus. « Comment ça 26 jours les gars ? Il en reste 27 ! ». Quelle bande d’amateurs. L’erreur classique de compter les jours et non pas les intervalles. Bref, à la manière de Jules Verne et de son tour du monde, nous nous sommes fait une montagne russe émotionnelle. La déception a laissé place au soulagement. Loin de nous l’idée de crier victoire, mais 101 kilomètres par jour paraissent plus abordables que 104.

Mais vous me direz « ce ne sont que 3 kilomètres de plus ». Et sur le papier je vous donnerais raison. Mais dans ce contexte, sur des étapes de plus de 100 kilomètres, répétées de façon quotidienne et où le temps « hors course » doit être optimisé au maximum, ces trois kilomètres sont énormes ! Et quand je parle d’optimisation, je veux dire que l’équipe va devoir gérer encore mieux le temps qui lui est imparti une fois l’étape terminée. Car les soirées sont courtes pour Philippe, qui doit se laver, se changer, se faire prodiguer des soins par Jean-Mi, manger et passer un coup de fil à sa dulcinée avant de finalement aller dormir. Toutes ces petites choses mises bout à bout prennent du temps, et c’est notre rôle de faire en sorte qu’elles en prennent le minimum, afin que le sommeil soit le plus long et réparateur possible. Et il y a des fois où l’on aimerait bien que les journées durent plus de 24 heures…

Ce matin nous laissons les vieux briscards se reposer. David et moi emmenons Philippe au point de départ. Hier nous avons changé de fuseau horaire, et à notre grande surprise nous n’avons pas reculé notre cadran d’une heure, mais bien… d’une demi-heure. Broken Hill cale en effet son horloge sur celle de l’Australie Méridionale, dans laquelle nous allons rentrer aujourd’hui, et dont le fuseau horaire est de « UTC +9h30 ». Si Broken Hill n’est pas calé avec le New South Wales, c’est parce à l’époque du choix des fuseaux, la seule liaison ferroviaire de la ville se faisait avec Adélaïde, et non pas Sydney. Quoiqu’il en soit, on ne m’enlèvera pas l’idée qu’un « demi-fuseau horaire », ça reste bizarre. Mais afin de ne rien changer à nos habitudes, et de ne pas bouleverser l’horloge biologique de Philippe, nous restons calés sur l’heure de Sydney en ce qui concerne les départs : dorénavant nous commencerons les étapes une demi-heure plus tôt. Il est donc 4h lorsque l’on dépose notre mister Moreau sur le bord de la route. La nuit est très calme et la pleine lune éclaire toute la pampa comme un lampadaire géant. C’est à se demander si Philippe a vraiment besoin de sa lampe frontale. Très vite nous arrivons sur Broken Hill. La ville est encore complètement endormie, et pour cause il est tout juste 5h du matin. Nous la traversons par son artère principale, l’Argent Street, une rue typique à souhait, avec de très nombreux bâtiments dont l’architecture victorienne rappelle les films de western. D’ailleurs Broken Hill est un lieu de tournage très prisé en Australie. On y a notamment tourné le premier Mad Max (bon d’accord, il est vrai que j’aurais pu trouver un film plus orienté far west…).

Broken Hill est considérée comme la « capitale de l’Outback ». Une espèce d’oasis au beau milieu de rien, qui s’est révélée aux yeux du pays grâce à ses nombreux sites miniers découverts à la fin des années 1800, dont sa fameuse « colline brisée », qui a donné son nom à la ville mais qui a de nos jours disparue, puisque le minerai d’argent trouvé sur cette dernière a depuis été complètement extrait.

On a tous entendu dire que l’Australie est un pays rempli de grands espaces, mais je crois qu’il faut le voir pour le croire. A peine ressortis de Broken Hill que nous revoilà dans notre désert. L’horizon est vide. Rien. Nada. Encéphalogramme zéro. Seule la route s’en va se perdre au loin, accompagnée d’une rangée de poteau électriques. Un panneau indique que la prochaine station-service se trouve dans 200 kilomètres. Serge et Jean-Michel, nos vieux loups de mer arrivés entre temps, prennent le relais des ravitaillements, pendant que nous retournons faire le plein à Broken Hill. Pas de prise de risques inutile.

Philippe continue d’utiliser sa nouvelle stratégie. 30 kilomètres de marche + 70 de course. Et ça a l’air de porter ses fruits. On le sent plus en forme, comme s’il gérait mieux son étape, et notamment le début d’après-midi qui est toujours un moment délicat. Il y a aussi que le corps commence à s’habituer, et à accepter cet effort quotidien. Cela fait quand même 12 jours que Philippe est sur les routes. Mais il ne faut en rien minimiser sa performance du jour, car l’après-midi d’aujourd’hui est assurément le plus chaud que nous ayons eu depuis le début de la traversée. Le soleil tape dur, et les innombrables carcasses de kangourou qui bordent les routes dégagent une odeur vraiment nauséabonde. Question confort de route, on a connu mieux. D’autant que sur les 40 derniers kilomètres, la route n’aura cessé d’être une ligne droite, un peu comme si notre coureur avançait tout droit vers les enfers. Sauf qu’avec son bandana enroulé autour de la tête, notre corsaire à l’air bien décidé à en découdre. J’espère pour lui qu’il a apprécié cette mise en bouche, car des lignes droites, la suite de l’aventure lui en réserve des belles !

Ce soir nous campons. Là où il y a quelques jours nous aurions choisi de rouler les 25 kilomètres nous séparant de l’hôtel le plus proche, ce soir nous choisissons la voie de l’optimisation. OP-TI-MI-SA-TION. Philippe termine avec les 101 kilomètres réglementaires au compteur. Allez, plus que 26 ! A demain.

Total de kilomètres parcourus : 1 136,78km



Total de kilomètres parcourus : 1136,5 kilomètres

175 vues1 commentaire